Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

15 novembre 2016Coopération climatique dans l'espace francophone



Transcription

Philippe Couillard (premier ministre du Québec) : Vous vous souvenez, l’an dernier, à Paris, lors de la COP21, ou la CDP21, on avait annoncé le principe d’une coopération internationale du Québec, à l’époque où, bien sûr, on mettait au point l’accord de Paris. Cette conférence, ici, à Marrakech, est placée sous le signe de l’action… à la fois le financement, mais également les actions concrètes sur le terrain. Alors, le but de la rencontre d’aujourd’hui est de vous informer plus précisément des détails de ces projets de collaboration climatique qui, en fait, se divisent en trois axes, pour une initiative totale d’environ 25 millions de dollars.

David Heurtel (ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques) : Et comme leader, nous devons faire notre part non seulement au Québec, mais à l’international, comme tout bon citoyen mondial. Et nous le faisons aujourd’hui, notamment, en investissant 18 millions des 25,5 millions de dollars dans des transferts technologiques, justement ce qui est réclamé par la communauté internationale, pour bâtir des partenariats avec nos amis de la Francophonie.

Jean Lemire (biologiste, cinéaste et président du conseil d’orientation du Programme de coopération climatique international) : Ce qu’on veut, c’est être capables de bien encadrer le transfert du savoir, le transfert des technologies, et tout ça, dans un contexte – je dirais, il y a une notion fondamentale qui est revenue souvent – d’acceptabilité sociale. On en a parlé beaucoup autour de la table, et ça, c’était fondamental.

Michel Robitaille (président-directeur général des Offices jeunesse internationaux du Québec) : Donc, l’initiative jeunesse dont nous vous parlons, ce matin, vise à renforcer les capacités des pays francophones les plus vulnérables aux changements climatiques par le soutien à la participation des jeunes du Québec et d’Afrique – c’est très important; ça va dans les deux sens – à la lutte contre le changement climatique.

Jean Lemire : Merci encore de faire circuler cette information-là, parce que je pense que le leadership du Québec doit maintenant s’exprimer haut et fort à travers vous, les entreprises, et à travers les institutions du savoir. Merci beaucoup!

(Applaudissements)



Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017