Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

30 janvier 2017Déclaration du premier ministre du Québec à la suite de l'attentat terroriste survenu au Centre culturel islamique de Québec



Transcription

Philippe Couillard (premier ministre du Québec) :

Mesdames, messieurs, chers compatriotes, déjà, à quelques reprises, je me suis adressé à vous ici, à l’occasion d’attaques terroristes survenues à l’étranger. À une occasion, en 2016, on a, ensemble, porté le deuil de six Québécoises et Québécois tués par des terroristes alors qu’ils et elles étaient engagés dans des actions de solidarité internationale en Afrique. Hier soir, c’est ici, dans notre capitale, que l’horreur s’est produite. Notre capitale, si belle, si accueillante, si pacifique. On le voit bien : personne n’est à l’abri. Pensons d’abord aux victimes. Chacune d’entre elles a un nom, une histoire, une famille. Des familles comme tant d’autres au Québec. En mon nom et celui de toute la population du Québec, je désire, bien sûr, offrir nos plus sincères condoléances. Je veux également remercier tous celles et ceux qui se sont mobilisés rapidement sur le terrain : les forces policières, les autorités de la Ville de Québec, les intervenants en santé et services sociaux, entre autres. Pensons aux Québécois de confession musulmane, nos concitoyens et concitoyennes. Il faut le redire avec force : nous sommes tous Québécois. Le monde entier nous regarde, aujourd’hui. C’est le moment, ensemble, de montrer qui nous sommes, de montrer le meilleur de nous-mêmes. Des femmes, des hommes, qui vivent ensemble en français, dans ce coin d’Amérique qu’est le Québec. « Ma maison, c’est votre maison », a écrit Vigneault. Je veux répéter, ici, aujourd’hui, que la cause que nous portons, que celle qui m’anime, c’est celle d’une société ouverte, confiante, une terre d’accueil dans laquelle il n’y a qu’un seul niveau de citoyenneté qui est le même pour toutes et pour tous. Tout le monde, bien sûr, portera ce discours au cours des prochains jours. Le défi  sera de continuer à la porter après, avec force et constance. Les mots prononcés, les mots écrits, aussi, ne sont pas anodins. À nous de les formuler, à nous de les choisir. Ils peuvent unir, guérir, ou diviser et blesser. À nous de choisir. Au cours des prochains jours, on aura l’occasion d’en savoir plus, parce qu’on a besoin de comprendre. Dans quelques heures, nous marcherons ensemble pour exprimer notre rejet de cette violence horrible. Marchons aussi  pour l’amitié, la compréhension mutuelle, la fraternité entre les peuples. Voilà le choix que cette tragédie nous indique. Je veux que vous sachiez que celui que je fais, à titre de premier ministre du Québec, de  votre premier ministre, c’est celui de la confiance et de l’ouverture, de la citoyenneté vraiment et pleinement partagée pour toutes et tous. Quelle que soit la couleur de notre peau, quelles que soient nos croyances ou qui nous aimons. Chères Québécoises, chers Québécois, voilà le Québec dont nous rêvons. Voilà le Québec que nous choisissons. Celui qu’ensemble, nous ferons grandir. Notre maison commune, celle dont « La chambre d’amis sera telle, Qu’on viendra des autres saisons, Pour se bâtir à côté d’elle ». Je vous remercie.  



Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017